rechercher par
service ou pathologie

La restructuration de la Psychiatrie du Centre Hospitalier de la Côte Basque : une offre de soins renforcée, enrichie et diversifiée.

Depuis bientôt trois ans, une réflexion est menée au Centre Hospitalier de la Côte Basque sur les nouvelles orientations de la psychiatrie publique au Pays Basque.

Le fil conducteur qui s’est constamment imposé lors de cette réflexion a été d’améliorer et de diversifier l’offre de soin, de mener un effort spécifique sur les problématiques du handicap mental, de l’éthique en psychiatrie, des problématiques addictives, de la psychiatrie ambulatoire et de la prise en compte des risques suicidaires.

Ces orientations stratégiques ont été approuvées et accompagnées par la Direction du Centre Hospitalier de la Côte Basque et par l’Agence Régionale de Santé d’Aquitaine qui a débloqué des moyens spécifiques pour mener à bien cette restructuration. Cet investissement a permis la création de 28 postes paramédicaux et de 2 postes médicaux supplémentaires et d’engendrer une rénovation partielle des bâtiments de Bellevue sur le site de Cam de Prats à Bayonne.

La dernière phase de ce projet est en voie d’achèvement. Il paraît donc important de brosser à grands traits le tableau de la psychiatrie du Centre Hospitalier de la Côte Basque restructurée.

Le Pôle de Psychiatrie Adultes constitue l’un des 10 pôles regroupant les services de soins du Centre Hospitalier de la Côte Basque. Le Chef de Pôle en lien avec le Directeur, le Président de la CME et le Directoire, a défini les orientations stratégiques du pôle. 18 psychiatres, 5 médecins généralistes, et plusieurs équipes pluridisciplinaires composées d’infirmiers, de cadres, de psychologues, d’assistantes sociales, d’ergothérapeutes, de psychomotriciens, d’art-thérapeute, de kinésithérapeute, d’Aides Médico-Psychologiques (AMP), d’Agents de Services Hospitaliers ( ASH) et d’Educateurs Spécialisés organisent et assument les missions de service public.

Ces missions sont diverses et étendues, aussi variées que peut l’être la maladie mentale :

  • Consultations et suivis ambulatoires en Centre Médico Psychologiques (CMP)
  • Hôpitaux de jour
  • Hospitalisations libres
  • Hospitalisations sous contrainte dans le cadre de la Loi du 5 juillet 2011
  • Hospitalisations et suivi des patients sous main de justice
  • Urgences psychiatriques
  • Accès aux soins des patients en situation de précarité
  • Psychiatrie de liaison

Le socle de la psychiatrie publique adultes est constitué par le secteur de psychiatrie. Le secteur est une entité géographique dotée d’équipements sanitaires spécialisés. 3 secteurs se partagent le territoire du Pays Basque : Au nord, le secteur 64G08 composé de Bayonne, Boucau et des communes situées au Sud de l’Adour. Au centre, le secteur 64G07 constitué des villes d’Anglet et Biarritz et des communes du centre du pays basque intérieur autour d’ Hasparren. Au sud, le secteur 64G06 dessert les villes de Saint-Jean de Luz, Hendaye et les communes du sud du Pays Basque Intérieur jusqu’à Saint Jean Pied de Port. Par ailleurs le rattachement du canton de Saint Palais, actuellement sectorisé dans le territoire du Centre Hospitalier des Pyrénées de Pau, au Centre Hospitalier de la Côte Basque, est en cours de négociation. Chaque secteur de psychiatrie dispose, à Cam de Prats, d’une unité d’hospitalisation complète, de places en hôpital de jour et d’un ou plusieurs Centres Médico Psychologiques répartis sur l’ensemble du territoire de manière à offrir des soins de proximité au plus près des patients.

Ces équipements de secteur sont complétés par des structures dites Intersectorielles, c’est-à-dire, mutualisées entre l’ensemble des trois secteurs. C’est le cas du dispositif des urgences psychiatriques représenté par l’équipe ACOR (Accueil-Crise-Orientation) adossé, sur le site de Saint Léon, aux urgences générales. C’est le cas également du SAS (Service d’Accueil Spécialisé) dédié à la prise en soins des patients suicidants ou de l’équipe EMOA qui amène vers les soins psychiques les personnes en situation de grande précarité.

Dans le cadre de la restructuration de la Psychiatrie, trois nouvelles unités spécialisées ont vu le jour en juin 2013 :

  • Un service d’addictologie qui dispose de 16 lits et permet de mener des soins dans le domaine de l’alcoologie et des autres addictions notamment dans le cadre de sevrages complexes.
  • Un service de transition, qui regroupe les patients les plus lourdement handicapés et pour lesquels des méthodes spécifiques de réhabilitation sont mises en œuvre afin d’améliorer la qualité de vie de ces patients et optimiser leurs chances de réinsertion dans le tissu médico-social.
  • Une Unité Contenante Intersectorielle, qui est la seule unité fermée du dispositif, qui se fixe pour objectif d’installer un cadre apaisant et structurant pour les patients en crise dont l’état psychique n’est plus compatible avec un séjour en unité dite ouverte.

Par ailleurs, d’autres initiatives transversales se sont développées :

  • L’équipe ETCHOLA, pluridisciplinaire, qui propose des soins alternatifs. Composée d’infirmiers, d’une ergothérapeute, d’une kinésithérapeute d’un éducateur spécialisé, d’un psychomotricien, d’une art-thérapeute, elle intervient sur l’ensemble des unités sectorielles et intersectorielles par le biais d’ateliers thérapeutiques.
  • Le groupe éthique, lui aussi pluridisciplinaire, qui alimente une réflexion sur les pratiques dans le domaine de la psychiatrie et la santé mentale.
  • Une consultation intersectorielle de la Famille et du Lien qui intervient lorsqu’une souffrance psychique est identifiée dans la sphère familiale fortement impliquée auprès d’un patient.
  • Le Réseau Santé Mentale Pays Basque enfin, qui a été lancé en 2012. Chaque structure, établissement du domaine social, sanitaire et médico-social peut devenir adhérent et acteur de ce réseau. Il propose des actions de formations, des évènements ponctuels (conférences, tables-rondes, rencontres interdisciplinaires), des actions de promotion santé mentale, ainsi qu’une plateforme interactive permettant d’interpeller directement des professionnels de la santé mentale.

La carte ci-dessus schématise l’ensemble du dispositif.

sectorisationPsy

 

retour au sommaire