rechercher par
service ou pathologie

Une nouvelle dimension dans le parcours de soins, « de l’hôpital à la ville », des patients atteints de maladies chroniques

w-Logo UTAPS2

Un parcours d’un an de pratique en activité physique pour la santé

w-DSC00801

Avec la création de l’Unité Transversale d’Activité Physique pour la Santé (UTAPS), le Centre Hospitalier de la Côte Basque peut désormais proposer un parcours en activité physique d’une durée d’un an, dans une collaboration ville-hôpital, intégrée au parcours de soins des patients atteints de maladies chroniques en affection longue durée.

L’activité physique est un adjuvant thérapeutique (HAS 2011) dont les bénéfices ne sont plus à démontrer. Elle améliore les trois composantes de la santé, telles définies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : santé physique, santé psychologique, santé sociale. Sa prescription par le médecin traitant a été permise par l’évolution législative de la loi santé avec l’amendement Fourneyron.

Le territoire de santé Navarre Côte Basque a été précurseur dans le développement du sport santé sur prescription médicale grâce à l’action de l’association Biarritz Sport Santé devenue Côte Basque Sport Santé (CBSS). En effet, depuis 2009, cette association développe et coordonne avec la collaboration d’un réseau de médecins libéraux volontaires de la côte basque et du sud des Landes ainsi que de nombreuses associations et clubs sportifs, le sport sur ordonnance sur les côtes basque et landaise. D’autres partenaires majeurs comme les clubs sportifs de l’Aviron Bayonnais, de l’Anglet Olympique et du Biarritz Olympique ont également développé des programmes de ce type. Jusqu’à très récemment, ce dispositif ne s’adressait qu’à des personnes sédentaires, en prévention primaire, et hors pathologies. Désormais, un parcours en activité physique peut être proposé aux patients atteints de maladies chroniques. Ce parcours de soins en activité physique est coordonné sur le territoire de santé Navarre Côte Basque, par l’Unité Transversale d’Activité Physique pour la Santé, créée au sein du Centre Hospitalier de la Côte Basque.

L’UTAPS, nouveau service hospitalier, est installé provisoirement dans les locaux du service de médecine du sport sur le site de Saint-Léon, mais bénéficiera de locaux neufs et dédiés à partir de juin 2018 au rez-de-chaussée du bâtiment historique de ce site.

Actuellement, les patients sont pris en charge par une équipe multidisciplinaire (médecin, éducateur médico-sportif, physiologiste, infirmier). Cette équipe sera complétée dans l’avenir (diététicien, psychologue, agent médico-administratif, kinésithérapeute). Il s’agit d’une prise en charge globale intégrant l’activité physique, mais également les dimensions nutritionnelles et psychologiques. L’équipe accompagne et guide le patient dans sa démarche active qu’il a initiée pour sa santé.

L’activité physique proposée est adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient.

Le fonctionnement du dispositif est simple. Les patients atteints de maladies chroniques en affection longue durée peuvent intégrer le dispositif sur prescription médicale de leur médecin traitant. Ce parcours en activité physique d’une durée d’un an se décompose d’une première partie de 2 mois, où l’activité est réalisée sur le CHCB au sein de l’UTAPS puis un relais et un suivi sont organisés avant la sortie de l’hôpital dans et avec le réseau d’activité physique pour la santé, locorégional, de ville, coordonné par CBSS, ce qui constitue la deuxième phase de 10 mois.

Dans le cadre de ce parcours, l’activité physique du patient est intégralement financée pendant 1 an.

Le parcours patient au sein de l’UTAPS se décompose en 4 phases :

w-DSC00776

  • 1) La première phase, de consultation et d’évaluation, est composée d’une consultation d’orientation et d’aptitude physique ainsi que de tests d’exploration à l’exercice, dont notamment, une épreuve d’effort cardio-respiratoire avec mesure des échanges gazeux (EFX). Cet examen constitue le gold standard d’évaluation des adaptations à l’effort permettant de proposer au patient un programme d’entraînement personnalisé, adapté et sécurisé. Il permet également d’écarter des limitations à l’effort pouvant exister chez le patient.

w-DSCN7871

  • 2) La deuxième phase est la phase de réentraînement à l’effort, suivie et sécurisée par un binôme médecin-éducateur médico-sportif. Les patients viennent deux fois une heure par semaine pendant 2 mois, soit 18 séances. Ils réalisent principalement du travail en endurance grâce à un programme d’entraînement personnalisé sur ergocycle (PEP’C). Pendant cette phase, le patient apprend ou réapprend à ressentir l’effort, mais également à déterminer ses zones de travail et de sécurité lors des exercices physiques.

w-DSC00842

  • 3) La troisième phase est la phase d’évaluation post réentraînement qui permet au patient de visualiser sa progression et qui aboutit à l’élaboration d’un compte-rendu médical adressé au médecin traitant et au médecin adresseur. Un carnet de liaison du parcours de soins en activité physique est remis au patient avec des recommandations en matière de pratique d’activité physique.

w-DSCN7833

  • 4) La dernière phase est la phase d’organisation du relais et du suivi dans le réseau locorégional d’activité physique. Les patients rencontrent en présence du médecin et de l’éducateur médico-sportif de l’UTAPS les éducateurs médico-sportifs de CBSS. Le choix de l’activité physique est orienté par le patient, mais déterminé collégialement. Un suivi régulier est organisé.

À la fin de cette période hospitalière et parfois avant (phase de chevauchement), le patient intègre la deuxième partie du dispositif, en ville dans le réseau associatif locorégional pour une période de 10 mois où il sera suivi. Le patient peut, à tout moment de son parcours, demander un changement d’activité dans les limites de ses capacités et d’éventuelles limitations médicales. Lorsque son activité débute dans un cadre associatif, un suivi régulier est organisé avec les éducateurs médicosportifs de CBSS. L’objectif étant de tendre vers une autonomisation du patient en termes d’activité physique.

Enfin, il faut noter que les patients présentant des limitations sévères (voire modérées), ne relèvent pas directement de ce dispositif et sont adressés pour la suite de la pratique en activité physique à des professionnels paramédicaux : masseurs kinésithérapeutes, ergothérapeutes ou psychomotriciens en fonctions des problématiques du patient.

L’UTAPS n’est pas simplement une structure permettant la pratique d’une activité physique adaptée et sécurisée. Elle est impliquée également dans la formation et la recherche autour du « sport santé ».

Ainsi, ce nouveau service accueille en formation des étudiants STAPS, mais également des autres filières formant les professionnels de l’activité physique pour la santé. Il proposera également des formations complémentaires aux médecins, paramédicaux et opérateurs du sport santé. Cette démarche permettra de diffuser et d’homogénéiser les pratiques sur notre territoire.

Concernant la recherche, l’UTAPS a pour vocation de réaliser des études médico-économiques ainsi que développer et valider de nouveaux programmes en fonction des patients et des pathologies. Il participe ainsi au développement du « sport santé ».

Plus d'articles...

  1. Le service de dermatologie du Centre Hospitalier de la Côte Basque
  2. Quoi de neuf n°10
  3. Communiquez avec vos confrères via la messagerie sécurisée de santé (MSSanté)
  4. Le Centre de Médecine du Sport renforce ses équipements au service des sportifs de Haut Niveau et des sportifs amateurs
  5. Deux services de recours pour le sud aquitain
  6. Une filière complète de prise en charge de l’obésité en Pays basque
  7. Hospi’line : la ligne directe entre les praticiens de ville et les praticiens hospitaliers du Centre Hospitalier de la Côte Basque
  8. L’Urologie hospitalière en plein développement
  9. La Consultation externe Douleur Chronique
  10. Création d’une Unité de Chirurgie Gynécologique et Mammaire : Le Centre Hospitalier de la Côte Basque s’engage avec et pour les femmes.
  11. L’Unité de Recours en Addictologie (URA) : la prise en charge des addictions avec ou sans substance.
  12. Passeport pour la chirurgie ambulatoire : amélioration de la prise en charge et renforcement du lien ville hôpital
  13. Edito n°9
  14. Les nouveaux médecins au CHCB en janvier 2015
  15. Sommaire Quoi de neuf n°8
  16. Prélèvement d’organes au Centre Hospitalier de la Côte Basque : le service de coordination hospitalière
  17. Le secteur infanto juvénile de psychiatrie du Centre Hospitalier de la Côte Basque
  18. 8 lits de soins palliatifs identifiés et opérationnels au sein du Centre Hospitalier de la Côte Basque depuis 2014
  19. Le service de maladies infectieuses : un service spécialisé de prise en charge et de recours, en mutation.
  20. Création du Réseau Territorial des Urgences Navarre Côte Basque (RTU Navarre-Côte Basque)
  21. Vers la consolidation d’une UTEP : améliorer la prise en charge des patients par l’éducation thérapeutique
  22. La restructuration de la Psychiatrie du Centre Hospitalier de la Côte Basque : une offre de soins renforcée, enrichie et diversifiée.
  23. La plate-forme de coordination des retours à domicile – court séjour gériatrique
  24. Quoi de neuf à l'Hôpital ? n°6
  25. Consultation d’Oncogénétique décentralisée de l’Institut Bergonié pour les patients du territoire de santé Navarre Côte Basque
  26. Quoi de neuf à l'hôpital n°5
  27. Edito
  28. Quoi de neuf à l'Hôpital n°2
  29. Quoi de neuf n°3
  30. Quoi de neuf à l'Hôpital ? n°4
  31. Quoi de neuf à l'Hôpital
  32. Abonnement Quoi de neuf à l'Hôpital