rechercher par
service ou pathologie

Le secteur infanto juvénile de psychiatrie du Centre Hospitalier de la Côte Basque

Le secteur infanto-juvénile, dans le territoire de santé dépendant du Centre Hospitalier de la Côte Basque couvre toute la côte du département des Pyrénées Atlantiques ainsi que la vallée de la Nive jusqu’aux cantons de St Jean Pied de Port et de St Etienne de Baïgorry. En 2014 l’ARS d’Aquitaine a décidé que le canton de St Palais qui était rattaché au CHS des Pyrénées à Pau dépendrait de Bayonne à partir de 2015.
Lors de la création du secteur, il existait déjà, en particulier sur la côte, des structures médico-sociales et des praticiens libéraux donnant des soins en pédopsychiatrie. C’est pourquoi le service public hospitalier a concentré son effort sur la toute petite enfance et l’adolescence, et d’une façon plus générale sur les pathologies les plus exigeantes en temps et en moyens humains.
Pour bien repérer le dispositif de secteur, il faut différencier ce qui relève de la consultation et ce qui relève de soins plus spécialisés.

Les structures de consultations :

Plusieurs lieux de consultations sont proposés :

  • Le CAMSP : lormand optCentre d’Action Médico-Sociale Précoce (05 59 44 67 20) reçoit, en lien avec la pédiatrie, les crêches, les PMI des nourrissons et des jeunes enfants jusqu’à l’âge de trois ans,
  • Le CMPEA : Centre Médico-Psychologique pour Enfants et Adolescents de Bayonne, (05 59 44 39 54) reçoit de trois ans à seize ans tous types de demandes adressées par les médecins souvent sur le conseil des écoles et des services sociaux.
  • Le CMP Adolescent : (05 59 44 67 00), reçoit des adolescents à partir de l’âge de douze ans, mais ce CMP peut les recevoir jusqu’à dix huit ans.
  • Le Centre Médico-PsychFlorenia optologique Enfants et Adolescents de Saint Jean Pied de Port(05 59 37 26 36) reçoit jusqu’à dix huit ans les enfants et leurs familles du Pays Basque intérieur.


maison1 optEnfin, « Adoenia » la Maison des Adolescents de Bayonne complète ce dispositif (05 59 64 22 52). Ce lieu d’accueil de première intention pour adolescents et leurs familles est accessible sans rendez vous et de façon anonyme.




Les structures d’accueil et de soins plus spécialisés :

A Bayonne :

  • Entre deux et cinq ans le Centre d’Action Thérapeutique à Temps Partiel Jeunes enfants permet une évaluation plus fine, et un soin plus important des troubles souvent en relation avec des difficultés dans les liens parents/enfants et dans des retards de développement. Il s’agit aussi de repérer des jeunes présentant des difficultés plus générales, susceptibles d’intégrer rapidement l’hôpital de jour « La Passerelle ».
  • Ext 3 optEntre trois et six ans l’hôpital de jour « La Passerelle » accueille une vingtaine d’enfants, tous à temps partiel, présentant des troubles envahissants du développement. L’entrée s’effectue après une période d’observation initiale. Il s’agit ensuite de soins intensifs mobilisant des moyens humains importants (parfois soins un pour un). Les liens avec les crêches, écoles, classes spécialisées de type AVA, service de neuropédiatrie, ainsi que d’autres soins disponibles en libéral (orthoptie, ergothérapie…) sont favorisés. Le programme de soin respecte les préconisations actuelles de la Haute Autorité de Santé.
  • Entre six et douze ans l’offre d’accueil spécialisé est beaucoup plus diversifiée au plan médico-social. L’action du secteur se limite à un seul lieu de soin : l’hôpital de jour « Arc En Ciel ». Il y a peu de places compte-tenu des demandes. Une trentaine d’enfants y sont reçus à temps très partiel. Il est difficile de décrire un profil type, le jeune pouvant être à la fois de bon niveau cognitif mais dans une extrême souffrance sur les plans relationnel et intrapsychique.
  • Entre douze et dix huit ans le service Adolescentspropose un accueil en hospitalisation complète, en hôpital de jour ou en CATTP.
    • DSCF0076 optL’hospitalisation complète est un service de huit lits, avec la possibilité de soins intensifs. Il accueille les jeunes souffrant des pathologies les plus sévères : troubles de l’humeur (dépressions, agitations…), états délirants, avec perte de contact avec le réel et parfois avec appoint toxique, quelques troubles alimentaires, des pathologies spécifiques à l’adolescence qui sont souvent la réactivation à cet âge de la vie de problèmes anciens tels que des troubles sévères de l’attachement, des séquelles d’états psychotraumatiques, des effets de pathologies transgénérationnelles, et d’une façon générale, les adolescents dits « difficiles », c’est-à-dire en grande souffrance. L’engagement soignant y est considérable. L’entrée est possible en urgence sur indication du pédopsychiatre d’astreinte.
    • L’hôpital de jour permet un accueil et un soin au décours d’un séjour temps plein. Il accueille aussi des adolescents de l’hôpital de jour « Arc En Ciel », ainsi que des jeunes en évaluation venant d’établissements médico-sociaux en difficulté et sur indication après consultations au CMP. Divers soins en groupe proposés permettent une médiation soignante face à des jeunes pour lesquels la relation en tête-à-tête avec un thérapeute est difficile, voire impossible. L’ entrée se fait sur indication médicale.
    • Le CATTP adolescents, de création plus récente, permet une prise en charge groupale, à partir de la consultation, ou à la sortie de l’hôpital de jour.

A Saint Jean pied de Port :

  • Le CATTP Centre d’Action Thérapeutique à Temps Partiel est une structure d’accueil polyvalente permettant aux enfants de bénéficier de soins importants sans que les enfants soient obligés de se rendre sur la côte. Il propose des soins sur des séquences plus longues (moins de trois heures) pour des petits, des enfants d’âge moyen, et des adolescents, sous forme en général d’activités en groupe avec souvent une médiation concrète (par exemple : peinture, équithérapie …).

Pour compléter cette description schématique, soulignons les liens réguliers avec les écoles, les partenaires sociaux et judiciaires, les liens avec le pôle psychiatrie adultes, la participation à la mesure de nos moyens à l’équipe technique de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, l’existence d’une astreinte permanente en pédopsychiatrie, qui permet l’accueil en urgence de tout jeune de 0 à 18 ans, mais aussi qui permet à tout médecin d’interroger le pédopsychiatre pour un avis ou un conseil.

Dr Alain FROTTIN

Retour au sommaire